Download Am I An Atheist Or An Agnostic by Bertrand Russell PDF

By Bertrand Russell

Show description

Read or Download Am I An Atheist Or An Agnostic PDF

Similar other social sciences books

The No-Sided Professor and Other Tales of Fantasy, Humor, Mystery, and Philosophy

Thang -- The Dome of many colours -- see you later previous woman -- stable Dancing, Sailor! -- the pony at the Escalator -- No-Sided Professor -- The Conspicuous Turtle -- the autumn of Flatbush Smith -- Nora Says "Check. " -- The Loves of woman Coldpence -- on the ft of Karl Klodhopper -- The satan and the Trombone -- The Blue Birthmark -- Sibyl Sits In -- Love and Tiddlywinks -- another Martini -- previous guy Gloom -- The terrible Horns -- inner most Eye Oglesby -- The Virgin from Kalamazoo -- The 6th send -- Oom -- Merlina and the coloured Ice -- the 3 Cowboys -- The Son of strong Casey -- Mysterious Smith -- Ranklin Felano Doosevelt -- The Stranger

Calculation and Coordination: Essays on Socialism and Transitional Political Economy (Foundations Fo the Market Economy)

This number of essays from one of many significant Austrian economists operating on the planet at the present time brings jointly in a single position a few of his key writings on various financial concerns.

Maurice Blanchot, recits critiques

Actes du colloque, Paris, Université Paris three et Université Paris 7, 26 mars 2003. l. a. position de l’oeuvre de M. Blanchot dans les arts, en France et à l’étranger. Avec quelques textes inédits de Maurice Blanchot.

Additional info for Am I An Atheist Or An Agnostic

Example text

Comme il nous faut une intuition pour percevoir, il nous faut aussi un sentiment pour juger. Quels sont les signes, et le monde nous fait-il des signes ? Oui, le monde éveille en nous des sentiments vifs. Dans quels cas ? Surtout quand il s’agit d’organismes. Alors, en eux, l’éternité est, car il est clair qu’ici les parties dépendent du tout. Et c’est ce qu’on exprime en disant qu’elles sont réciproquement fin et moyen 1. Ainsi apparaît, dans une investigation difficile, la notion de finalité, si bien chassée de la science, mais que, par cela même, nous retrouvons à l’état de pureté dans ces cas remarquables, où, au lieu de concevoir la vérité, nous jugeons la beauté comme un signe d’existence, ce qui revient à dire, un signe de l’esprit extérieur.

Ce n’était pourtant pas le commencement, à ce que je crois. Mais je comprends que le plaisir l’a entraîné, d’analyser deux notions d’après la méthode de la première Critique. Quel plaisir de suivre l’ordre des catégories dans un sujet neuf ! Pour moi, j’ai si bien pris l’esprit de Kant, à ce qu’il me semble, que, toutes les fois que je suis l’Analytique du Beau, je me sens aussi curieux que la première fois ; et je me demande, que va-t-il trouver pour la Modalité ? Je sens qu’une idée neuve s’approche ; je la pressens et j’essaie de la deviner ; mais jamais je ne devine bien.

Le chanoine prouvait trop, comme tous les chanoines. Il est pourtant vrai qu’on se juge en droit d’exiger l’approbation de tout homme devant la beauté. Et ce qui paraît, dans le quatrième moment 3, c’est le sens commun 4, que prouve la beauté, et qui définit l’homme comme fin en soi ; comme l’égal et le semblable de tout homme. En sorte que l’absence de goût exclurait un homme de l’espèce. Cette idée de l’Humanité, dès qu’on la découvre, est la source de puissants sentiments qui ne permettent plus de haïr ni de condamner le frère homme 5.

Download PDF sample

Rated 4.58 of 5 – based on 46 votes